Aller au contenu

La fin des Fake Gurus.

Damien P.
Damien P.
2 lecture min

Hier, je me connecte sur X pour étudier la plateforme...

En scrollant, je vois Kevin, 13 ans, coach de vie... et Michel, chômeur, qui partage son mindset sur l’argent. Pour une raison obscure, les infopreneurs sont convaincus que prétendre est un raccourci vers la croissance. Je leur souhaite toute la réussite qu’ils méritent (rire diabolique).

Toi, ça ne t’exaspère pas ?

J’ai le sentiment que l’industrie est en train d’opérer un changement de paradigme. Le marché en a marre des gourous “je sais tout” et de leurs conseils sans substance.

D’ailleurs, je vois de plus en plus de “Build in Public”. C’est-à-dire des entrepreneurs qui partagent la création de leur business avec leur audience. Je trouve ce type de contenus plus sains.

Déjà parce que tu n’as pas besoin de prétendre. Tu partages tes expérimentations et réflexions en toute transparence. Charlie Munger était convaincu que l’honnêteté lui faisait gagner plus d’argent.

Faire ce qui est juste peut rapporter gros tant sur le plan personnel que professionnel. —Charlie Munger
Je pense que les antécédents sont très importants. Si vous commencez tôt à essayer d'avoir un parcours parfait dans quelque chose de simple comme l'honnêteté, vous êtes bien parti pour réussir dans ce monde. —Charlie Munger

Ensuite, parce que tu donnes l’exemple au lieu de donner des conseils. Une de mes plus grandes découvertes sur l’art d’apprendre à apprendre, c’est que nous, humains, apprenons davantage par l’observation que par le conseil.

L'exemple n'est pas l'élément principal dans l'enseignement, c'est le seul élément. —Albert Schweitzer

Enfin, parce que ça disqualifie les arrivistes. Tu dois pratiquer patiemment, te former et obtenir des résultats… puis formuler ça au travers d’une histoire. C’est plus difficile que de donner un conseil du genre : fais X et tu obtiendras Y.

J’appelle ça la posture du “disciple”, en contradiction avec la posture du “gourou”. À l’image de Platon qui a transcrit les discussions de son mentor Socrate. J’aime partager mes découvertes et celles de mes mentors, sans avoir à affirmer quoi que ce soit.

Alors...

Est-ce que l’honnêteté battra les grandes promesses ?

C’est ce qu’Eugène Schwartz, une légende du copywriting, croyait :

Si vous réussissez à concentrer l'immense puissance de votre conviction, que ce soit dans le fond ou la forme, sur une seule déclaration, aussi minime soit-elle, alors cette unique déclaration, si elle est pleinement crédible, vendra davantage de produits que toutes les promesses partiellement douteuses que vos concurrents pourraient formuler le reste de leur vie. — Eugène Schwartz, légende du copywriting

Mais, est-ce que l'honnêteté est synonyme de crédibilité ? Je laisse la parole à une deuxième légende du copywriting :

Le consommateur n'est pas un idiot ; c'est votre épouse. Vous insultez son intelligence si vous pensez qu'un simple slogan et quelques adjectifs creux la convaincront d'acheter quoi que ce soit. Elle veut toutes les informations que vous pouvez lui donner. —David Ogilvy

Qu’est-ce que tu choisis… Disciple ou Fake Guru ?

La balle est dans ton camp.