Aller au contenu

Le paradigme qui rend le business marrant

Damien P.
Damien P.
2 lecture min

Tu peux écouter l’épisode sur la plateforme de ton choix, en cliquant ici.


Il est 20 h 34. Vautré sur mon canapé…

…J'écoute un podcast.

Soudain…

CLIC !

« C'est ça ! »

Je bondis du sofa. J'ouvre mon MacBook. Et je me mets à rédiger cet article.

Quelques secondes avant…

…j'étais lessivé.

Ça fait des mois que je tourne en rond. Un pas en avant. Un pas en arrière. Je n'arrive pas à trouver mon projet suivant. Mais quoi que je démarre, c'est le retour à la case départ.

Mon cerveau conspire. Il m'assaillit de doutes :

  • Et si je n'étais pas passionné par le business ?
  • Et si je me retrouvais bloqué dans des opportunités qui ne me plaisent pas ?
  • Ce n'est pas un choix à prendre à la légère. C'est ma carrière.

Bullshit. (Mais j'y reviens)

Tous les soirs je rumine : « Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à m'engager sur un projet ? »

L'idée qui m'a fait bondir de mon canapé… c'est la réponse à cette question.

Et cette réponse, je l'ai entendue des centaines de fois. Seulement cette fois… Ça a cliqué.

Avant de te dire de quoi il s'agit… (Tout te sera révélé dans quelques lignes. Don't Panic, Monique)

Tu connais cette sensation d'affronter ta journée avec le frein à main serré ?

Cette résistance interne est proportionnelle à l'ambition de ton objectif. Vouloir gagner 1 milliard, c'est plus effrayant que vouloir gagner 1 million.

Tu vois de quoi je veux parler ?

Pourtant… dans une lointaine contrée…

Il existe quelques rares exceptions pour qui cette règle est inversée. Plus l'objectif est grand, moins ils ressentent de friction.

La différence entre les deux catégories dépend d'un paradigme. Ce paradigme, c'est ce qui m'a fait bondir de mon canapé.

Pour t'illustrer la puissance d'un paradigme…

En une seconde, je suis passé de « lessivé » à « déchaîné ». Simplement en changeant la métaphore avec laquelle j'interprétais mon business à cet instant.

Trêve de teasing. Voilà l'idée :

Le business est un jeu.

Maintenant…

…Soit tu te dis : « Ah, c'est juste ça ? »

…Soit tu es plus malin.

Penses-y.

Est-ce que tu ressens de l’imposture en jouant à Super Mario ? Tu ne te dis pas « je suis qui pour me croire capable de vaincre Bowser et sauver princesse Peach ? ».

Non. Tu relèves les défis. Parce que c'est marrant.

Imagine avoir la même énergie dans ton business.

Si je fais faillite ? Je recommence une nouvelle partie.

Si le business est ennuyeux ? Je change de jeu.

L'important, c'est de se marrer en le faisant.

Le plus marrant est le plus probable. —Elon Musk

Je crois sincèrement que…

Si tu considères le business sérieusement, tu vas te tuer la santé… ou abandonner.

Mais…

Si tu considères le business comme un jeu, tu vas t'éclater.

Damien